Bienvenue sur le site internet de la commune de Cressier



Raccourcis clavier

Les raccourcis suivants sont toujours placés au début de chaque page. Ils sont invisibles pour le grand public :
retour à la page d'accueil Alt+0 accès direct au menu de navigation Alt+1 accès direct au contenu de la page Alt+2 accès direct au module de recherche Alt+3 accès direct au plan du site / sitemap Alt+4 Seite drucken PDF von aktueller Seite erzeugen

Histoire de Cressier



Le nom de Cressier est d’origine gallo-romaine et provient du patronyme Criscius ou éventuellement du nom germanique Griso.
Le site de Cressier fut occupé dès la préhistoire, comme l'indiquent des traces d'habitats qui remontent à l'âge du bronze moyen (Praz Rond) et des tumuli de l'âge du Fer ancien (bois de Bouleyres), ainsi que les vestiges d’une cave romaine du 1er siècle après JC (Fin de Roche)
A l’époque romaine, Cressier se trouvait sur l’axe Quintarius reliant Morat à la Sarine et qui passait par Villars-les-Moines, Cressier et Cordast.
La première mention du nom Cressier vient des archives de l’empereur d’Occident Henri IV qui font état en 1080 d’un donjon à Cressier. Jusqu’au milieu du XIVesiècle, le nom de Cressier apparaît presque toujours en relation avec la famille féodale des de Cressier qui portent le titre de sire de Cressier depuis le XIIIesiècle. Le dernier descendant mâle, Hermann, avoyer de Morat meurt en 1350. Les seigneurs de Cressier étaient vassaux des Tierstein.
Dès le XIIe siècle, le territoire de la commune actuelle forme une petite seigneurie, acquise par la ville de Fribourg en 1442. Cressier dépend dès lors et jusqu'en 1798 de la Bannière de l'Hôpital.
La seigneurie passe par alliance des Cressier aux Bubenberg, puis est vendue et démembrée à plusieurs reprises. En 1529, les Praroman en deviennent les propriétaires, mais Fribourg réclame le droit de souveraineté et la justice pénale.
Les Reynold en sont les propriétaires dès 1699. Les droits féodaux, acquis par les Reynold, sont progressivement rachetés par les habitants.
La construction de la gare sur la ligne ferroviaire Fribourg-Morat en 1898 est à l'origine d'un quartier nouveau.
Le village a gardé son caractère rural: industrie fromagère (emmental jusqu'en 1998, Mont Vully dès 1994) et cultures céréalières. Siège depuis 1992 de l'entreprise DiaMed (techniques médicales) actuellement Bio Rad.(M. Rolle, dictionnaire historique de la Suisse)

imprimer PDF